top of page

Péri ménopause: naturopathie au service de la femme

par Sophie Roy, naturopathe



La sensation de ne plus se reconnaître, de perdre le contrôle de son corps. L’impression d’être dans une montagne russe hormonale. Ce qui a toujours fonctionnée, ne semble plus marcher.

Vous vivez avec un cycle de plus en plus difficilement. Insomnie, stress et anxiété, SPM en hausse avec irritabilité, colère, émotivité, gonflement des seins, saignements différents etc… bref vous vous sentez une boule d’hormones et vous ne savez pas par où commencer pour revenir « comme avant ».

 

 

C’est exactement là, ma zone de génie: La santé hormonale  

 

Se préparer à votre rencontre en naturopathie au service de la femme :

 

Lord de notre rencontre, plusieurs questions vous seront posées. D’ailleurs de manière générale, les rencontres en naturopathie se déroulent sous forme de discussion et je vous propose différentes transitions selon vos objectifs et mode de vie actuel. Je crois en une approche flexible, adaptée et personnalisée.

 

Dans le cas d’un accompagnement en naturopathie féminine, il est utile avant de se rencontrer de collecter un certain nombre d’informations tels que:

 

  • Quels sont les symptômes ressentis et depuis combien de temps;

  • À quel moment du cycle sont-ils présents;

  • Quelle est la durée de votre cycle en moyenne;

  • Est-ce que votre cycle menstruel est régulier;

  • Est-ce qu’il y a des changements au niveau des saignements;

  • Comment se passe votre santé digestive;

  • Pouvez-vous évaluer votre niveau de stress et son impact sur votre vie;

  • Si vous avez des troubles du sommeil, avez-vous noté les heures des réveils fréquents ou si c’était plus présents à certain moment de votre cycle.

 

Ce sont quelques-unes des questions dont je parle lors des consultations. Selon les réponses, nous pourrons parler de rééquilibrage alimentaire, gestion du stress afin de diminuer le cortisol (hormone du stress), travailler avec des plantes digestives ou même travailler sur le foie. Il est possible de soutenir les hormones féminines via différentes approches.

 

Évidemment, je ne pose aucun diagnostic ni ne peut vous conseiller sur vos médicaments. Une démarche en naturopathie peut également être entreprise combiner avec celles de votre médecin.

 

 

Est-ce que c’est la péri ménopause qui se pointe déjà le bout du nez ?

 

Possible, mais il s’agit peut-être d’un débalancement hormonal pouvant entrainer bien des inconforts. Nos habitudes peuvent entre autres, entrainer des déséquilibres hormonaux.

 

Ici je m’attarderai davantage à la période autour de la ménopause.

 

Qu’est-ce que la ménopause ?

 

Par définition c’est l’arrêt des menstruations depuis 1 an. Elle correspond donc à la fin de la période fertile d’une femme. Nous connaissons seulement la date à posteriori (donc une fois qu’il y a absence de saignements durant 12 mois consécutifs).

 

Cette période de 12 mois sans menstruations sont inclus dans la péri ménopause. Par la suite, on peut dire que la femme est ménopausée.

 

L’âge moyen de la ménopause est 51 ans, mais elle peut survenir entre 45 et 55 ans voir plus tard.

 

On parle de ménopause prématurée si elle survient avant 40 ans. Elle peut aussi être engendrée par une maladie ou un traitement ou la prise de médicaments.

 

 

Qu’est -ce que la péri ménopause ?

 

C’est la période de transition pouvant durer en moyenne entre 2 et 7 ans et pouvant être assez déroutante. C’est là que survienne les symptômes. C’est la période où l’ovulation est variable (cycles plus long ou plus court). Il y a également une modification au niveau du flux sanguins, de la fréquence et de la durée.  

 

 

Grossesse et péri ménopause

 

N’oublions pas qu’une grossesse peut survenir même si les cycles sont variables.  Ici, je fais un clin d’œil au film le père de la mariée.

 

Avant de parler de quelques inconforts, je pensé important de vous parler d’axe hormonal.

 

L’axe HPG (Hypothalamo-Pituito-Gonadique)

 

Grand terme pour parler des principaux concernés. Grosso modo voici leur rôle:

 

 Hypothalamus : 

 

Situé dans le cerveau, c’est le grand chef, son rôle principal est le maintien de l’équilibre. Il régule nos fonctions vitales (soif, faim, sommeil, stress, dynamisme), taux d’hormones en circulation dans le sang, température corporelle etc… 

 

L’hypothalamus collecte les informations et les analyses puis s’occupe de faire en sorte de maintenir l’ordre et l’équilibre et envoyant différents signaux dont à son assistant/ collaborateur l’hypophyse.

 

Hypophyse :

 

Aussi appelé glande pituitaire, elle est située sous l’hypothalamus dont elle est grandement influencée. C’est la glande maitresse et elle est responsable de sécréter ou de coordonner la sécrétion d’hormones. Elle a un impact sur la thyroïde, les surrénales, les gonades entre autres.  Ici, nous nous intéresseront principalement au fait qu’elle sécrète la HFS et la LH deux hormones ayant un rôle majeur dans la régulation du cycle menstruel.

 

Chaque mois, les ovaires répondent à la HFS (folliculostimuline) et à la LH (lutéinostimuline) afin de produire l’œstrogène et de la progestérone pour libérer un ovule. 

 

 

Que se passe-t’il au niveau hormonal ?

 

Saviez-vous que toutes les femmes possèdent à la naissance un nombre prédéterminé d’ovocytes (ovule immatures) qui sont stockés dans les ovaires?

 

En avançant en âge, les ovaires répondent de moins en moins bien aux signaux et sécrètent moins d’œstrogènes et de progestérone ce qui a un impact direct sur le cycle féminin.

 

Œstrogène

Hormone sexuelle présente en nombre beaucoup plus élevé chez la femme que chez l’homme. Elle est sous la dépendance de la HFS.


 Les œstrogènes sont produits par :

  • Les ovaires (principalement de la puberté à la ménopause)

  • Les glandes surrénales

  • Le placenta (durant les grossesses)

  • Par les tissus (foie, seins et tissus adipeux)


Durant la période de la péri ménopause, les ovaires ne sécrètent plus autant d’œstrogènes voire aucun.


C’est la baisse d’œstrogène entraine les symptômes de la ménopause, mais aussi des cycles de plus en plus irréguliers, troubles du sommeil, troubles d’humeurs. Puis souvent les bouffées de chaleurs, la sécheresse vaginale.  


Lors de la baisse d’œstrogènes produites par les ovaires, les sources secondaires deviennent plus importantes.

Progestérone :


Elle est sous la dépendance de la LH. Elle aide à bien utiliser les hormones thyroïdiennes et agit comme protecteur du cancer du sein, réduits les kystes et fibromes mammaires et utérin, bloque l’ostéoporose.


Une baisse en progestérone entraine aussi une baisse de libido, infection urinaire et de la sécheresse vaginale.


La baisse des hormones œstrogènes et de la progestérone a un impact sur l’ensemble des glandes.

Thyroïde

Thermorégulation (bouffées de chaleur)

Pancréas 

Rage de sucres

Hypophyse 

Troubles du sommeil (s’endormir et rester endormi, éveil)

Surrénales 

Gestion du stress, troubles de l’humeur, anxiété

 

Le tout est un ensemble ayant un impact les uns et sur les autres. Exemple le stress accentue les troubles de sommeil et les bouffées de chaleur. Les rages de sucres sur les bouffées de chaleur et l’anxiété etc.. 


La péri ménopause est un nouveau rythme pas encore apprivoisée et comme les hormones continuent de descendre en dents de scie. La chimie du corps est en phase de changement et chaque femme s’y adapte selon sa santé et ses habitudes de vies.  Le corps est en constant rééquilibrage.


Mon rôle est de vous accompagner dans ce nouveau tango hormonal pour ce nouveau printemps.

 

 

Au-delà des hormones : le ressenti émotionnel

 

Comme la ménopause est un processus et n’arrive pas d’un coup.  Elle peut être vécu de différentes façons.

Se sentir vieillir, peur de perdre sa place. Refus de devenir une vieille madame, de perdre sa féminité.


La société actuelle met de l’avant la jeunesse et la beauté. Il y a un culte de la jeunesse comme il vieillir était associé à la dégénérescence au lieu de la sagesse, la maturité et l’expérience.

La ménopause est le 3e grand rite de passage de la femme. L’arrivée des ménarches, l’accouchement et la ménopause sont les trois grandes étapes de la vie d’une femme). 

 

Voilà depuis plusieurs années, que les cycles s’enchainent les uns après les autres, dans une certaine cadence à laquelle nous nous sommes habitués, puis voilà que nous en perdons nos repères. Cela peut être déboussolant voire déstabilisant.


Pourquoi la santé digestive est important en péri ménopause

Sachant que les pré-hormones sont sécrétés dans l’intestin grêle, il est important de s’assurer que le transit est régulier et qu’il y est absence de porosité intestinale.


Le foie jouant un rôle majeur dans la dégradation de hormones, il pourrait être intéressant d’aller tonifier le foie pour s’assurer de la bonne dégradation et élimination de hormones excédentaires.

Dès que je soupçonne un déséquilibre hormonal AVANT de suggérer des plantes ou produits naturels qui pourraient avoir une incidence au niveau hormonal, je vérifie s’il y a des signes d’hyperperméabilité intestinale ou d’un engorgement au niveau du foie. Notre tisane La Ménagère de notre collection Gaya a été développé pour cela justement. Elle contient du chardon-marie, du boldo, de la calendule et du pissenlit.

 

Les phyto-œstrogènes dans l’alimentation

Qu’est-ce que les phyto-œstrogènes ?

Ce sont des végétaux ayant des composés oestrogéniques (hormones-like) assez similaires aux nôtres dont nos propres récepteurs reconnaissent. La structure moléculaire ressemble beaucoup l'estradiol.

Les trois types de phyto-œstrogènes les plus importants sont :

·       Les isoflavones +++(soya, trèfle rouge)

·       Les coumestanes (luzerne, chou de Bruxelles, soya)

·       Les lignanes (graines de lin pas l’huile)

Les phyto-œstrogènes contenus dans les lignanes sont seulement actifs une fois digérés. Une bonne flore intestinale est donc requise.

 

Quelques inconforts liés à la ménopause

 

TROUBLES DU SOMMEIL

 

Que ce soit la difficulté à s’endormir ou à rester endormi, les troubles du sommeil sont fréquents durant la péri ménopause.

 

Rôle des hormones dans le sommeil :

Progestérones : Aide à la détente


Œstrogènes : Joue un rôle de thermorégulation. L’œstrogènes est à son taux le plus bas vers 2h am.

 

Mélatonine : La baisse des hormones sexuelles féminines engendre une baisse de la mélatonine et cette hormone est responsable d’un sommeil profond et réparateur.

 

 

En naturopathie, nous regardons pour une routine de sommeil, pour diminuer le stress et selon le type de trouble du sommeil, nous travaillons avec des plantes soit vous aidant à trouver le sommeil ou pour rester endormi. Notre mélange Gaya La reposante est bien utile pour trouver le sommeil.

 

BOUFFÉES DE CHALEUR / SUEURS NOCTURNES

Quand on parle de ménopause…. La chaleur est bien souvent le symptôme le plus commun. C’est 80% des femmes qui disent ressentir cet inconfort.

 

Elles arrivent souvent par vagues de chaleur au niveau de la poitrine, de la nuque et des tempes. Elles peuvent entraîner les sueurs froides, de l’anxiété et des palpations. Au niveau émotif, le manque de sommeil, le stress peuvent causer de l’irritabilité et une plus grande émotivité.

 

Mes naturo-trucs pour réduire les bouffées de chaleur:

Côté alimentaire:  


  1. Consommer des aliments riches en phyto-œstrogènes et de manière régulière.

  2. Choisir des aliments à l’énergétique fraiche tel que : radis, pomme, concombre, courgette, asperge, céleri, pamplemousse, agrumes, laitue, menthe, huîtres et l’aubergine.

  3. Éviter les aliments à l'énergétique chauds ou qui engorgent le foie tels que: poivre, piment fort, le vin rouge (l'alcool en général), cari

 

Exercice physique:  


La marche, la natation, le pilates, le yoga sont de belles options pour calmer le corps et l’esprit.


Bons gestes:


Porter des vêtements en fibres naturelles (des vêtements qui respirent comme le lin, le coton et le bambou) et garder le cou dégagé.

Aérer la chambre à coucher 30 à 45 min avant de se coucher (autant pour diminuer la température et pour l'oxygénation).

 

SÉCHERESSE VAGINALE

Les changements hormonaux ont une incidence sur l’appareil génito-urinaire. La flore vaginale s’achèche et devient moins acide, ce qui la rend plus propice aux infections. Le manque de lubrification peut également engendrer de l’inconfort vaginal et des démangeaisons. 

 

Les changements hormonaux rendent le Ph du vagin plus alcalin et cela a pour effet d’affaiblir nos défenses au niveau de la flore vaginale.


Mes naturo-trucs :


Les probiotiques et une alimentation riche en prébiotiques peuvent faire une grande différence.

On va s’assurer d’un bon transit intestinal (pas de constipation) et de bonne pratique d’hygiène féminine. Côté alimentaire les aliments riches en omégas 3 et 6 sont intéressants.


La gestion du stress est importante, la sexualité peut être changé avec plus de tendresse, de douceur. L'utilisation de lubrifiant naturel. Sachez également que votre médecin peut au besoin vous en prescrire un avec hormones.


Je n'ai pas abordé plusieurs autres symptômes et inconforts peuvent être abordés également (douleur, stress / anxiété, perte de poids, changement corporel, pilosité etc). De manière général, la tisane L'équilibante de Gaya vise a soutenir l'équilibre entre les œstrogènes et la progestérones pour les symptômes légers à modérés.

 

Chaque femme est unique et vit cela différemment. Mon rôle est d’accompagner les femmes à leur rythme parfois en agissant directement sur les symptômes, en soutenant l’équilibre hormonal et en adoptant un mode de vie soutenant et adaptée aux changements.


Il me fera plaisir de vous accompagner dans ce changement pour que vous puissiez le vivre avec le plus de douceur possible.

 


Sophie Roy

Naturopathe



 





Sources:

Toutes mes recherches en lien avec la formation Naturopathie féminine pour thérapeutes via Cybèle Espace Bien-être. Liste complète fournies sur demande.

Comments


Article du moment
Publications récentes
Recherche par mot clé
Suivez-nous sur
  • Facebook Classic
  • Google Classic
bottom of page